Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le ch'ti mi atterré

L'Alsace veut retrouver sa liberté - et nous ?

15 Octobre 2017 , Rédigé par Rémi Matuszewski Publié dans #Réforme territoriale

Il y a quinze jours, le Président du Conseil régional "Grand Est" démissionnait. Le signe d'un échec de cette construction hétéroclite dont le seul point commun est un point cardinal.

Cela fait suite à un appel lancé par 100 personnalités alsaciennes de tous horizons pour une nouvelle région Alsace.

C'est peu dire que la fusion des trois anciennes régions Champagne-Ardenne, Lorraine et Alsace malmène une des régions françaises à l'identité la plus forte, dont le tiers des habitants sont encore locuteurs de l'alsacien, qui s'inscrit géographiquement dans le sillon rhénan, ouvert sur la Suisse et l'Allemagne, et dont l'histoire disputée entre la France et l'Allemagne a forgé la singularité.

Au-delà de l'exercice de compétences sur le développement économique, les transports ou les lycées, les Régions étaient et devraient également être un réceptacle de la reconnaissance des identités régionales auxquelles elles donnaient et devraient donner un cadre politique et une aire de débat démocratique.

Et ce n'est plus le cas du Grand Est, comme le dit le meusien Philippe Mangin au journal L'Alsace : "Peut-être que le Grand Est ne porte pas assez les individualités. Il faudrait des actions spécifiques pour chacune des anciennes régions" - y avait-il besoin d'inventer un "machin" comme le Grand Est pour en arriver à une conclusion pareille ?

Et tout ça pour quels bénéfices ?

Selon un sondage OpinionWay commandé par Régions de France à l'occasion de son congrès d'Orléans, 53 % des Français estiment que la création des nouvelles régions n'a eu aucun effet et 36 % des effets négatifs, que leur influence n'a pas augmenté (53 %) voire a diminué (26 %). Le sondage ne donne pas de résultats région par région, mais les plus sceptiques sont dans le "Nord-Est" et dans le "Sud-Ouest" - les deux grands ensembles géographiques où on trouve le plus de "monstres" régionaux...

Quant à nous... Oui, l'identité régionale des Pays-Bas méridionaux a été bien mieux effacée que dans d'autres régions frontalières.

Mais les conclusions sont les mêmes :

Chantilly et Château-Thierry avec Dunkerque et Valenciennes, ça ne ressemble pas non plus à grand chose, et je ne pense pas que les mirifiques résultats d'une Région au point mort depuis deux ans justifient qu'on mette un mouchoir sur ce que l'on a perdu !

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article